Équipe & fonctionnement

logocdisere Le Chimère Café est porté par l’association Dialogues, créée le 1er mars 2014 avec le soutien au départ du département de l’Isère et par la MCAE Isère Active. C’est un projet expérimental d’innovation sociale ouvert à tous, dans l’esprit du mouvement Dialogues en Humanité.
logomcae

Adresse: 12 rue Voltaire 38000 Grenoble France – lachimerecitoyenne1@gmail.com

Fonctionnement

Bureau – Présidente: Françoise Duclos / Vice-présidente: Marie-Françoise Gondol / trésorière: Sarah Perrin / Secrétaire: Michelle Daran

A son commencement, La Chimère a été accompagnée par une « Comité de gouvernance » et un « comité scientifique d’évaluation » cherchant à évaluer son utilité pour le territoire.

miniminlogo La Chimère Citoyenne, c’est…

  • un lien -> Rencontrer les personnes ainsi que les différents acteurs du territoire, les faire se rencontrer et provoquer des « rencontres improbables », c’est le coeur de notre démarche. Face à l’atomisation grandissante des individus, nous créons du lien et nous cherchons à relier pour mieux agir.La Chimère Citoyenne c’est avant tout du réseau humain et partenarial.
  • un espace situé dans le centre ville de Grenoble -> C’est un lieu chaleureux, convivial et dynamique qui ne propose rien pour que tout soit possible. C’est un espace « tiers », une troisième voie, une autre manière de s’impliquer entre espaces publics et espaces privés. Un espace qui n’est pas défini, ni identifié dans une catégorie de lieux, d’actions ou de populations.
  • un projet local d’innovation sociale -> Le local est le terrain privilégié pour expérimenter une autre manière d’être solidaire et créatif ensemble. Ce qui est en jeu aujourd’hui c’est notre capacité à entrer en coopération pour nous atteler concrètement aux problèmes que nous rencontrons. La Chimère Citoyenne est un laboratoire social où des chercheurs impliqués étudient avec les collectivités locales l’utilité et les enseignements à en tirer.

La plaquette (juin 2016)

La porteure du projet : Elisabeth Sénégas

Capture d'écran 2016-06-19 16.41.06

Entretien avec Alain Faure: La piscine du soir, le dancing irlandais et les lieux vides…

Remède à la morosité

Élisabeth Sénégas a ouvert La Chimère Citoyenne pour stimuler le pouvoir d’agir de chacun. Des tables de bistrot, des rayons de livres, une cafetière… Un lieu qui ne propose rien, pour que tout soit possible. Un lieu à l’image de sa créatrice, Élisabeth Sénégas : ouvert, hors normes et chaleureux. Regard franc et débit vif, celle-ci explique : « Ici, c’est la rencontre qui compte ; on entre boire un café, discuter, proposer un projet, organiser un atelier, s’entraider. Laisser se faire les rencontres improbables dans la mixité sociale : c’est comme ça qu’on fait bouger les choses. » Tel est le credo anti-fatalisme de cette énergique quinquagénaire. Elisabeth Sénégas a attrapé toute jeune le virus de l’initiative. Issue d’une famille d’entrepreneurs, cette ex-sportive de haut niveau bouillonne d’idées. Chargée de l’accompagnement à l’emploi dans un organisme de formation professionnelle, elle maudit la sclérose administrative et « l’absence de sens», expérimente des méthodes non conformes avec les personnes en difficulté. Et finit par créer Entr’actifs, une structure où s’entraident chômeurs, patrons, salariés, retraités : ces fameuses « rencontres improbables » d’où émergent des solutions inédites contre la précarité. En 2010, nouvelle expérimentation. Élisabeth Sénégas ouvre La Causerie, un salon de thé où l’on peut apporter et emporter des livres à loisir. « C’était un clin d’oeil contre ce monde de défiance qui nous mène dans le mur, dit-elle. La confiance seule permet la créativité collective ». La recette d’Élisabeth Sénégas tient beaucoup à son goût pour les autres. Elle sait comme personne réunir le Rotary Club et les abîmés de la vie, interpeller le Haut commissaire contre la pauvreté, mobiliser les mondes de la culture, du sport, de l’entreprise. Bref, casser l’entre soi et réveiller l’enthousiasme des plus pessimistes. Sa belle énergie a séduit Edgar Morin et Jean-Paul Delevoye il y a dix ans. Depuis, ses parrains épatés accompagnent cette hyperactive, convaincus qu’elle trace une voie d’espoir.

18 mois de bilan (juin 2015-décembre 2016)